in ,

FULU de Bil Aka Kora : Les premières impressions à la sortie de l’album

https://ouagashowtime.com/wp-content/uploads/2020/03/Pochette-Fulu-Bil-Aka-Kora-1.jpg

Annoncé depuis le 1er juillet 2017 à l’occasion de ses 20 ans de carrière, c’est finalement l’année 2020 exactement ce samedi 14 Mars 2020 que l’album, le sixième de Bil Aka Kora verra le jour.


Pochette-Fulu-Bil-Aka-Kora

Fulu, 4e titre de cet opus de 10 titres, est le titre éponyme de cet album qui vient de voir le jour dans un contexte un peu particulier.

En effet, pendant que toutes les attentions sont tournées vers la crise sanitaire liée aux risques de la propagation de l’épidémie COD-19, le staff de l’artiste a tenu à faire cette sortie musicale qui d’après eux est la meilleure façon de riposter et éviter la psychose totale.

De simple passionnés de la bonne musique, aux inconditionnels de l’artiste Bil Aka Kora, la conférence de presse s’est tenue en plus des hommes de médias, en présence de plusieurs personnalités culturelles et administratives dont le directeur général du BBDA, représentant le ministre de la culture qui n’ont pas manqué d’apprécier la nouvelle sortie de l’artiste.

Voici les impressions à chaud:

Bil Aka Kora, Artiste auteur de l’album explique :

Bil Aka Kora, face à la presse nationale et internationale ce samedi 14 Mars

« FULU, c’est l’éventail, il y a mes frères qui m’ont rappelé l’importance de ‘l’éventail, quand on est nouveau marié on utilisait l’éventail, on utilise aussi l’éventail pour ventiler certains chefs, mais surtout l’éventail moi j’avais vu ça sur le côté de la collaboration, parce qu’il y a plusieurs personnes qui se sont mises ensembles pour cet album. Au niveau artistique il y a eu collaboration avec d’autres artistes notamment Damien Glez qui a écrit quelques textes, Fabrice Devienne de jazz, Djongo System pour tout mon orchestre et tous les studios où nous avons travaillé, en commençant par Shamar Empire en France.

Il y a plusieurs messages dans FULU, un artiste est comme une éponge on absorbe et puis après on redonne. C’est vrai qu’il y a plusieurs morceaux dans l’album qui ont un trait avec l’actualité du Burkina Faso, on parle de déplacés, on parle de réfugiés sur ‘’entre terre et terre’’, ‘’Mani’’ parle du fait que même quand on est attaqué il faut toujours répondre avec beaucoup de sagesse. »

 

Walib Bara, DG du BBDA, représentant le ministre de la culture.

Walib Bara: “l’artiste nous invite au dépassement du quotidien et la foi en l’avenir”

« L ‘album Fulu de Bil Aka Kora qui sort à un moment où l’actualité est dominée par le COD-19 montre que la musique reste un des ultimes espoirs de l’humanité. A travers ces 11 titres, l’artiste nous invite au dépassement du quotidien et la foi en l’avenir ».

 Bakary Barro, Directeur Trade Marketing & RP Marina Market

Bakary Barro: “J’ai bon espoir en tout cas que c’est un album qui va beaucoup voyager”

« Bil Aka Kora n’est plus un artiste à présenter au public burkinabè, ce que nous avons découvert ce soir dénote la performance, la haute qualité et l’excellence que l’artiste a toujours démontré à travers ses œuvres. J’ai bon espoir en tout cas que c’est un album qui va beaucoup voyager, encore une fois il va présenter une autre facette de la culture burkinabè.

Adam Boris OUEDRAOGO, un fanatique de la musique de Bil Aka Kora

Adam Boris Ouedraogo: “Je pense que c’est un album plein de sincérité, plein de vérité, plein de sensation, plein d’honnêteté”

« J’avoue que je suis beaucoup impressionné par la qualité de la musique mais surtout la profondeur des textes, je ne suis pas un averti de la musique mais de part ce que j’ai écouté ce soir je suis très convaincu que c’est un album qui aura un très bel avenir au regard de la qualité de la musique mais aussi la profondeur de la sincérité avec laquelle le monsieur exprime son ressenti par rapport aux textes. Je pense que c’est un album plein de sincérité, plein de vérité, plein de sensation, plein d’honnêteté. Au regard du petit documentaire qui nous a été présenté, je sais que c’est un travail de fond qui a été fait. »

Daouda Sané, Professionnel des médias et Maître de Cérémonie

Daouda Sané: “…chacun son coup de cœur moi j’en ai déjà, par exemple j’adore Fulu, et aussi No more qui me parle à moi”.

« J’ai eu la chance de le voir souvent en studio, d’écouter certaines chansons avant que le travail ne finisse, mais j’ai été encore très surpris quand j’ai vu le travail définitif, de voir que malgré toutes ces années, malgré ses albums, malgré cet univers qu’on connait de lui, il arrive encore à nous surprendre et c’est ça la force d’un artiste, d’aller plus loin, d’arriver à nous surprendre, d’avoir une ouverture plus large, cet album l’est ! c’est une ouverture plus large dans les thématiques qu’il aborde, dans la musique qu’il apporte, des sujets aussi qu’il touche. Je trouve assez évolué et c’est à son avantage vu que c’est de façon graduelle et cet album là mérite qu’on prenne un peu de temps pour l’écouter mais vraiment parce qu’on aura chacun son coup de cœur moi j’en ai déjà, par exemple j’adore Fulu, et aussi No more qui me parle à moi. C’est aussi l’univers dans lequel on le retrouve et dans lequel il réussit à nous emballer. Je trouve que cet album est de très belle facture et qu’il mérite d’avoir tant de succès et une attention particulière c’est tout à l’honneur de Bil Aka Kora qui est un artiste qu’on ne présente plus ».

Pochette-Fulu-Bil-Aka-Kora-

En attendant la sortie du clip vidéo du titre éponyme de l’album prévu pour le mois de mai 2020, l’album est disponible au prix de 8000f en support USB aux numéros suivants : (+226) 55595959 / 07002727

Reportage signé par: Euloge Babatoundé OLOU

Signaler

Qu'est ce que vous en pensez? Donnez une note

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

1ère édition des Journées Communautaire : ICCV NAZEMSE engagée pour l’autonomisation de la femme, la culture et la paix

Confession Intime: « Mon amant (cousin de mon mari) me demande d’avorter