in ,

ZOOM : Le Colonel, un handicapé moteur qui renaît avec l’art plastique

https://youtu.be/LZXqwOdhFPk%5B/embed%5D

Bobo-Dioulasso, une ville qui s’identifie par le savoir-faire de ses hommes et femmes. Comme surnommé, elle est le grenier de l’économie du Burkina Faso. C’est dans cette belle cité de Sya, au quartier Sikasso Sira que Boubacar KONE naquit en 1977. Handicapé moteur depuis l’enfance, Colonel, comme surnommé par ses camarades d’enfances, ne s’est pas apitoyé sur son sort. Malgré qu’il n’ait pas eu la chance de faire des aller et retour à l’école du blanc, il va néanmoins s’auto-former dans la langue de Molière. Avec ses deux organes de sens auditif bien développés, l’homme va vite se faire sa propre marque. Il refuse de tendre la main aux passants, mais plutôt faire bon usage de ses deux mains pour se nourrir dignement. Comme il aime le dire, le handicap se trouve dans la tête.

 

 

Plus de 10.000 œuvres de Colonel dorment dans son atelier de fabrique dû aux manques de cadres d’expositions. Il en appelle a cet effet, à toutes les bonnes volontés et les autorités gouvernementales à voler à son secours.

Signaler

Qu'est ce que vous en pensez? Donnez une note

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0

Commentaires

0 commentaires

Journées Portes Ouvertes de la RTB: opération de charme réussie pour la télévision nationale.

An 3 du CNJ-BF : la gestion du conseil national de la jeunesse du Burkina Faso passée au peigne fin